Escrocs mais pas trop

Escrocs mais pas tropUne bande de losers prévoit de créer une société écran de cookies située proche d’une banque pour creuser et accéder à aux coffres. A la place, ils font fortune en vendant les cookies et deviennent une grande multinationale.

Rare succès de Woody Allen aux USA, ces « Escrocs mais pas trop » ont pas mal de qualités, notamment au niveau de l’humour. Pas mal de trouvailles, surtout dans les (nombreux) dialogues, et les personnages qui sont souvent originaux.

On a cependant l’impression que tout n’est pas parfait… En effet, les thèmes abordés donnent souvent lieux à pas mal de gags mais le fond du propos enfonce plutôt des portes ouvertes (les vilains riches snobs qui se moquent des beaufs) et joue un peu dans le politiquement correct.

Ce qui choque aussi, c’est la structure du scénario. On a vraiment l’impression de passer d’un film à l’autre au milieu. Des personnages apparaissent, d’autres disparraissent ; déroutant.

Reste une bonne humeur et une mise en scène qui inspire la bonne humeur. Un vrai film de détente, agréable et drôle.

Woody Allen, c’est bien connu, on est fan ou on déteste ; ses scénarios tirés à quatre épingles, son humour théâtral et ses personnages « moulins à parole » ont l’art de diviser le public en deux. On ne peut en tout cas pas lui reprocher la fraîcheur de l’ensemble de ses films. « Escrocs, mais pas trop » ne déroge d’ailleurs pas à la règle. On retrouve tous les ingrédients d’un bon Woody Allen, ce qui en fera donc certainement fuir plus d’un !

Tout le talent du réalisateur est de faire passer l’heure et demie que dure le film comme une lettre à la poste. Devant une oeuvre travaillée et simple comme celle proposée, le spectateur ne peut pas s’ennuyer. Les dialogues filent toujours aussi vites, les personnages sont attachants et la réalisation s’efface devant le propos. Celui-ci traite de la jet-set, de la vanité et bien sur du « vrai » bonheur cher au Cinéma. On se moque, on sourit, mais cela reste toujours gentil. Le problème est d’ailleurs peut-être là : les films de Woody Allen ne sont souvent « que » du passe-temps. Cela contente jusqu’à un certain point mais, pour certains, il arrive un moment ou l’on désire un peu plus qu’un bon mot ou une finesse d’esprit.

On appréciera donc « Escrocs, mais pas trop » comme une sympathique comédie. Un agréable moment que l’on oublie. Ce n’est donc certainement pas ce que l’on peut attendre de mieux d’un film vue en salle, sauf, encore une fois, pour certains. Les goûts et les couleurs ne se discutent pas…

Publicités

Publié le 1 juillet 2014, dans Non classé. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :